Puis-je louer ma résidence secondaire sur AirBnB ?

La location saisonnière des résidences secondaires est désormais strictement encadrée. Afin de vous aider à y voir plus clair dans cette période de foisonnement juridique, Luckey Homes vous résume ce qu’il faut que vous sachiez avant de proposer à la location votre logement secondaire sur AirBnB ou sur une autre plateforme.

Qu’est-ce qu’une résidence secondaire ?

Lorsque vous occupez votre logement au moins 8 mois par an (sauf obligation professionnelle), on parle de résidence principale. Cette résidence figure alors sur votre déclaration d’impôts. Tous les autres biens immobiliers sont alors par défaut déclarés comme résidences secondaires. En France, vous ne pouvez déclarer qu’une seule résidence principale, sauf cas exceptionnels.

Si vous effectuez des déplacements professionnels fréquents à l’étranger, votre habitation principale sera celle où réside habituellement l’ensemble de votre famille.

Résidence secondaire et location saisonnière

Quelles sont les conditions de location ?

Dans le cas d’une mise en location saisonnière (sur AirBnB par exemple), votre annonce rentre dans la catégorie des meublés de tourisme. Vous devez donc obligatoirement en déclarer l’activité en mairie si c’est une résidence secondaire. Le non-respect de cette obligation peut vous coûter une amende de 450€.

Toutefois, dans la plupart des villes, cette déclaration de location courte durée est peu voire pas du tout contrôlée, mais certaines municipalités mettent en application le décret du 29 avril 2017 qui autorise les villes de la zone tendue à recourir à un enregistrement via internet des logements en location saisonnière, pour faciliter le contrôle.

Paris a mis en œuvre un tel dispositif, qui deviendra obligatoire à partir du 1er décembre 2017.

Conditions particulières et propres à certaines villes

Dans les villes de plus de 200 000 habitants ou de la petite couronne parisienne et dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants situées en zone tendue, vous devrez normalement effectuer une procédure de changement d’usage en mairie afin de pouvoir louer votre bien. Votre logement sera ainsi transformé en local « commercial » destiné à la location touristique et pourra être mis en location.

À ce jour, parmi les grandes métropoles régionales, seules Paris, Lyon, Marseille, Nice, Bordeaux et Strasbourg ont mis en place la procédure de changement d’usage. Si vous avez un doute sur la réglementation en vigueur dans votre commune, nous vous recommandons vivement de vous renseigner auprès de votre mairie.

Dans la plupart des cas, cette procédure est uniquement déclarative, mais dans certaines villes, elle peut être sujette à une autorisation. C’est le cas en région parisienne ou à Bordeaux, où vous devrez respecter une règle de compensation : pour chaque mètre carré, une surface équivalente de locaux commerciaux doit être transformée en surface de logement. La compensation est même doublée dans certains arrondissements Parisiens. En d’autres termes, pour lutter contre l’assèchement du marché du logement d’habitation, certaines grandes villes vous imposent d’acheter une surface commerciale en compensation et de la transformer en habitation. Si vous ne trouvez pas de surface équivalente, la mairie vous propose également d’acheter un titre de compensation, avec un prix au mètre carré.

La procédure de mise en location d’une résidence secondaire est donc plus compliquée que s’il s’agit d’une résidence principale.

Retrouvez l’ensemble de la réglementation de la location courte durée sur notre article dédié :


Êtes-vous prêt à vous libérer des contraintes de la location courte durée et à augmenter la rentabilité de votre bien ?

Vu sur

Où souhaitez-vous faire de la location courte durée ?